Souvenirs de La Louvière, le rouge et le gris

Par
Photos
dimanche 1 avril, 2018

À La Louvière, dans les années 1990, les balcons de pierre bleue sont du même gris que les tombes et les bulletins de vote aussi rouges que le nœud papillon d’Elio Di Rupo. Dans une de ces petites maisons sans jardin qu’occupaient des familles venues d’Italie, grandissent une fillette et sa conscience politique. Cindya Izzarelli, journaliste touche-à-tout et chroniqueuse sur les ondes publiques, nous ouvre l’album de sa belgitude.

Pour lire la suite
Où lire cet article en intégralité