« Slutshaming » à l’UCL, femina non grata

mercredi 1 avril, 2020

C’était il y a dix ans. Une étudiante prise en photo alors qu’elle simule une fellation sur un ami, en pleine soirée, à Louvain-la-Neuve. La photo qui circule à son insu, le campus qui la lynche pendant plusieurs mois. Et les autorités académiques de l’UCL qui s’arrangent, témoigne-t-elle dans ce récit, pour se débarrasser d’elle comme d’un parasite. Un épisode de revenge porn avant l’heure, une « chasse à la salope » qui semble d’un autre temps. Reste à savoir si la plus jeune ville de Belgique est vraiment moins misogyne qu’avant.

Pour lire la suite
Où lire cet article en intégralité