Robert Waseige : « Il ne fallait pas s’appeler Sherlok Holmes pour comprendre que j’étais du côté des travailleurs »

lundi 1 juillet, 2019

Il reste, à 78 ans, une figure historique du football belge à la langue bien pendue. Que ce soit sur le fanatisme des supporters les plus allumés, les appels du pied de certains partis, la politique « villageoise » des élus de Liège ou encore les caisses noires dans le milieu sportif, Robert Waseige lâche les fauves. Avec pas mal de bonhomie et un soupçon de nostalgie de l’époque du « football à papa » et les années où la politique « ne foutait pas tout en l’air ».

Pour lire la suite
Où lire cet article en intégralité