Oh, la jolie crise que voilà : le crash du gouvernement Michel

Par
jeudi 1 novembre, 2018

La vie du gouvernement Michel s’achève sur une triple défaite, politique, morale et intellectuelle. C’est du moins l’avis de notre chroniqueur Paul Piret, qui rappelle la part irrationnelle et instinctive inhérente à toute crise politique. En définitive, une pièce de théâtre «nombriliste et autarcique», où les spectateurs, avec ou sans gilets jaunes, défilent dans la rue, inquiétés par un pouvoir d’achat en baisse et une température globale en hausse. Mais les jeux politiques sont plus ouverts que jamais.

Pour lire la suite
Où lire cet article en intégralité