https://www.youtube.com/watch?v=lVbroF1By88

Wilfried ouvre sa coopérative

Devenez Coopérateur
Wilfried est un magazine qui a pour vocation d’apporter un regard nouveau sur la Belgique, avec une attention particulière pour sa scène et son arrière-scène politique. Depuis la fondation du titre au printemps 2017, nous avons constamment essayé de vivifier le débat démocratique.
Aujourd’hui, nous proposons aux lecteurs de se joindre à notre démarche. C’est le virage qu’opère Wilfried en ce printemps 2019 : de simple magazine, nous nous transformons en coopérative ouverte à chaque citoyen, chaque citoyenne. Par cette évolution, nous voulons initier un modèle plus participatif et le plus transparent possible. En prenant une ou plusieurs parts à 100 euros, les coopérateurs veilleront à ce que soit préservé l’esprit d’un projet éditorial hors des sentiers battus. Cette prise de participation financière et solidaire assoit davantage Wilfried non pas comme un média privé, mais comme un magazine de lecteurs, dont l’indépendance et la stabilité sont garanties par eux.
Le mouvement inclusif que nous opérons dès à présent doit aussi nous permettre de réaliser deux objectifs majeurs. D’abord, rendre la structure saine et pérenne, en engageant un équivalent temps-plein supplémentaire et en déployant les moyens marketing suffisants pour doper notre communauté d’abonnés, véritable gage de fidélité entre les lecteurs et le magazine, et de stabilité financière pour notre petite entreprise. Deuzio, à terme, nous souhaitons mettre en œuvre un rêve qui nous habite depuis la création de Wilfried : lancer une édition néerlandophone à destination de la Flandre. Notre magazine deviendrait ainsi le seul titre de presse national en Belgique.
Pour transformer l’essai, nous avons estimé qu’il nous fallait rassembler 1.000 parts à 100 euros, soit 100.000 euros. Grâce au mécanisme Coop Us mis en place par la Région bruxelloise et dont nous allons bénéficier, ce montant total sera doublé, le portant à 200.000 euros. De quoi permettre à Wilfried, après deux ans d’édition, de franchir un palier supplémentaire dans son développement et sa professionnalisation.

Pourquoi devenir coopérateur ?

Devenir coopérateur, c’est marquer son adhésion au projet éditorial porté par Wilfried. C’est soutenir ce titre pour qu’il s’ancre durablement dans le paysage médiatique belge.
Wilfried s’est constitué en juin 2017 comme société coopérative (SCRL). Cela signifie que parmi les fondateurs et les coopérateurs, personne ne poursuit un but d’enrichissement personnel.
Il faut bien le dire, la coopérative Wilfried était jusqu’à présent en latence, puisque seuls les quatre principaux fondateurs en étaient membres. Nous souhaitons à présent activer réellement les potentialités de la coopérative. Cela signifie en pratique que tous les coopérateurs seront membres de l’assemblée générale. Au cours de celle-ci, les grandes orientations du titre seront débattues.
Comme déjà indiqué, le mécanisme Coop Us de la Région bruxelloise double le montant total récolté suite à la levée de fonds coopératifs. Autrement dit, si vous achetez une part (100 euros), Wilfried recevra 200 euros. La plus-value au remboursement de la part est limité à 3 % de la valeur nominale de cette part. Notre structure bénéficie du label de financité solidaire Financité & FairFin, et devrait prochainement être agréée par le Conseil national de la Coopération.
Notre SCRL figurant parmi les petites entreprises qui débutent, il vous est possible, à la faveur du Tax Shelter, de déduire fiscalement 45 % du montant investi dans la coopérative les quatre premières années suivant l’acquisition des parts. Une attestation vous est envoyée tous les ans, avant le 31 mars, pour être jointe à votre déclaration d’impôts.

Quelle est la ligne éditoriale de Wilfried ?

Wilfried est un magazine 100 % indépendant et 100 % made in Belgium. Le titre est détenu par ses quatre principaux fondateurs, suivis depuis peu par un coopérateur privé, à l’écart de tous les grands groupes de presse.
Il nous paraît plus important que jamais de proposer des reportages qui creusent les choses en profondeur, offrent distance et perspective et ne soient pas enracinés dans des jugements hâtifs. Notre volonté est de sortir de l’information en flux continu.
Wilfried propose une nouvelle forme de journalisme. Grands récits historiques, longues interviews, reportages exclusifs, portraits fouillés… Le résultat séduit aussi bien le lecteur pointu que le citoyen en demande de repères.
Notre univers esthétique s’inspire des séries télévisées qui dévoilent les coulisses du pouvoir (House of Cards, Baron Noir, Borgen…), mais aussi d’une certaine forme de journalisme narratif et de littérature de non-fiction. La photo est un autre élément phare de notre identité.
Il n’appartiendra jamais à Wilfried de dicter une ligne. Nous veillons scrupuleusement à ne pas embrigader nos lecteurs au service d’un courant idéologique déterminé ou d’un parti politique. Notre boussole, c’est une maxime souvent citée par Albert Camus et Georges Simenon : « Comprendre, ne pas juger ».
Ceci dit, ça ne signifie pas que nous sommes indifférents aux malheurs du monde et aux enjeux déterminants pour la Belgique de demain. Nous portons un regard préoccupé sur le réchauffement climatique, sur les problèmes migratoires, sur les enjeux économiques, ainsi que sur l’avenir de la Belgique, ce pays étrange dont la survie apparaît suspendue à un fil.

Les droits du coopérateur

La coopérative Wilfried prévoit trois types de parts. Les parts A (« Fondateurs »), les parts B (« Investisseurs », dont l’apport est supérieur à 5.000 euros) et les parts C (« Sympathisants », dont l’apport est inférieur à 5.000 euros), sans distinction en termes de droit de vote. Chaque catégorie est représentée au conseil d’administration suivant des règles simples énoncées dans les statuts de l’entreprise. Le présent appel public à l’épargne vise à ouvrir la coopérative aux Sympathisants. Toute personne qui acquiert au minimum une part de type C de la coopérative Wilfried bénéfice d’un éventail de possibilités :

  • Le droit de participer chaque année à notre assemblée générale et donc de nous poser des questions et de nous demander des comptes sur le fonctionnement de Wilfried. Ainsi que de voter sur les orientations stratégiques du journal.
  • Le respect du principe « une personne = une voix ». Que vous ayez acquis une seule part ou bien cinquante, vous jouissez du même poids décisionnel lors des votes à l’assemblée générale.
  • La possibilité de se présenter comme candidat au conseil d’administration, lors de son renouvellement.
  • L’opportunité de s’engager de façon plus active dans la vie du magazine, comme bénévole, ou comme auteur ou photographe.
  • La possibilité de souscrire à des abonnements ou de parrainer de nouveaux lecteurs à des conditions préférentielles (10 % de réduction).

Comme dans toute coopérative, vous pouvez retirer votre part quand vous le voulez, sous certaines conditions, qui visent à ne pas mettre Wilfried en difficulté.

Un média qui veut accentuer son rôle social et écologique

Contrairement à un nombre croissant de magazines, Wilfried fait le choix d’être imprimé en Belgique.
Nous nous efforçons aussi d’offrir des rémunérations dignes pour les journalistes et les photographes qui travaillent pour nous. Nos tarifs sont déjà supérieurs aux barèmes recommandés par l’Association des journalistes professionnels, mais nous souhaiterions dès que possible les rehausser encore.
A l’avenir, nous souhaitons accentuer notre rôle social et écologique. L’ouverture de notre coopérative doit nous y aider.

Quelques chiffres et faits d’armes

  • Depuis le lancement du titre en juin 2017, huit numéros sont parus. Après quelques tâtonnements initiaux, nous nous sommes calés sur un rythme trimestriel, soit quatre numéros par an.
  • Sur notre site web, en plus de la mise en ligne de certains de nos articles ainsi que de contenus bonus, nous avons développé un moteur de recherche unique qui permet d’explorer les programmes des partis politiques : lesprogrammes.be.
  • Les auteurs, les photographes, les graphistes et les correcteurs sont rémunérés en fonction de leurs prestations. Nous recourons à une société de support administratif, notamment pour la gestion des abonnements. En revanche, l’ensemble des tâches de coordination a longtemps été assumée bénévolement par la petite équipe des fondateurs. C’est encore le cas dans une large mesure, même si, depuis février 2019, notre rédacteur en chef est salarié à 4/5e temps. L’objectif à court terme est de pouvoir engager un directeur/une directrice qui prendrait en charge le développement opérationnel de l’entreprise, condition selon nous indispensable pour la survie de Wilfried.
  • Près de 90 auteurs et photographes ont déjà apporté leur signature à Wilfried. Parmi eux, des écrivains belges de renom : David Van Reybrouck, Caroline Lamarche, Pascal Verbeken, Nathalie Skowronek… Des journalistes de talent, aussi bien francophones que néerlandophones : Erik Raspoet, Paul Piret, David Leloup, Guillermo Guiz, Myriam Leroy, Alice Dive… Des photographes belges reconnus internationalement : Tim Dirven, Jelle Vermeersch, Karoly Effenberger, Johanna de Tessières, Roger Job, Eric Herchaft…
  • Près de 25.000 numéros uniques de Wilfried ont été vendus à ce jour, à quoi s’ajoutent un petit millier d’abonnés
  • En comptant environ 3 heures de lecture par numéro, cela correspond en tout à 100.000 heures de lecture utile
  • Parmi les coûts sur l’année 2018 : 111.000 euros de rémunération, 51.141 euros d’impression
  • Chiffre d’affaires en année 1 (juin 2017-juin 2018) : 90.162 euros
  • Bénéfice en année 1 : 4.752 euros

Toutes les informations sur notre appel à souscription sont à lire ICI.