La fièvre du jeudi soir, politique de comptoir

samedi 1 juillet, 2017

Avec ses murs de velours rouge, ses banquettes de cuir et ses cartes postales épinglées derrière le comptoir, le Treurenberg ressemble à n’importe quel sombre bistro du pays. Qui aurait cru que cet endroit de perdition deviendrait l’une des institutions soiffardes de Bruxelles, surtout fréquentée par ses voisins immédiats, c’est-à-dire les cercles du pouvoir fédéral ?

Pour lire la suite
Où lire cet article en intégralité