Elio Di Rupo, l’ensorceleur

Par
Photos
dimanche 1 septembre, 2019

On lui promettait la maison de repos après les élections du 26 mai, le destin du pays est une fois de plus entre les mains de cette bête immortelle. Les mémoires d’Elio Di Rupo, président du PS depuis vingt ans, vont bientôt rivaliser d’énormité avec ceux de l’empereur Hadrien rédigés par Marguerite Yourcenar – son livre de chevet. Mais cet homme aux sept ou neuf vies, ce latin lover abonné au Doudou et aux boîtes gay du quartier Fontainas, ce self-made-man et son enfance à la « Germinal », lui qui a le goût pour le mélodrame politique à l’italienne, sait que ce nouveau chapitre risque d’être le plus sombre de tous.

Pour lire la suite
Où lire cet article en intégralité