Didier Reynders, ego contrarié

Par
samedi 1 juin, 2019

Son brio et son culot, sa carrure et sa carrière laissent croire que tout a souri au vice-Premier ministre MR sortant. Erreur. Ses revers sont même allés croissant, et un échec dans les urnes le 26 mai pourrait le chasser de l’arène belge. Moralité : une vraie bête politique ne fait pas forcément un véritable leader politique.

Pour lire la suite
Où lire cet article en intégralité