Dictature du cool, la science du rêve

samedi 1 septembre, 2018

Il nous promet de panser nos plaies, de réenchanter nos vies, de nous aider à "lâcher prise". Le cool est érigé depuis peu en philosophie écrasante, un art de vivre qu’il faut surconsommer au royaume de la visibilité à tout prix. Et, à en croire les journalistes qui servent à cacheter les produits du sceau du cool, Bruxelles serait devenu sa capitale.

Pour lire la suite
Où lire cet article en intégralité