« Les femmes politiques ne sont pas des mauviettes »

Wilfried – N°12 – Été 2020
mercredi 1 juillet, 2020

De la Wallonie, où Gwendolyn Rutten a vécu plusieurs années, elle apprécie la générosité, la franchise de Paul Magnette et Georges-Louis Bouchez, l’égalité des chances offerte sans complexe. Sur la Flandre, où elle est née et où elle vit, elle jette en revanche un œil de plus en plus vigilant depuis un certain dimanche noir de 2019. Gwendolyn Rutten vient de raccrocher après huit années à la présidence du parti libéral flamand. Le temps l’a adoucie, dit-elle. Elle se sent sociale, rêve d’une politique qui ose le doute et l’honnêteté, veut exercer un pouvoir affranchi de tout titre. L’amorce d’une renaissance?

Paul Magnette : « C’est un drôle de terme, le féminisme »

Wilfried – N° 11- Printemps 2020
mercredi 1 avril, 2020

En 2019, on était plus chauds que le climat. En 2020, on se lève et on se casse. De l’affaire Polanski à la loi sur l’IVG, du féminicide à l’intersectionnalité, Wilfried a voulu cerner la ligne politique défendue par le président du plus grand parti belge francophone sur le sujet incontournable de l’année : les droits des femmes et les violences qui leur sont faites. Où l’on apprend que le bourgmestre de Charleroi envisageait la construction d’un centre de prostitution, que Pasolini se souvenait de sa vie intra-utérine et que la lutte des classes, quand même, il y a des limites.

Et le cordon sanitaire ? « Quand le mal est caché, c’est parfois encore plus grave »

Wilfried – N° 11- Printemps 2020
mercredi 1 avril, 2020

Jusqu’à ces jours incertains du printemps 2020, en Belgique, on confina principalement l’extrême droite flamande. Né en 1989, le concept de cordon sanitaire entendait de façon très effective la maintenir à distance afin d’éviter une contamination du reste du monde politique. Les écologistes Jos Geysels et Marcel Cheron se souviennent de la mise en place de ce dispositif qui, trente ans plus tard, n’a toujours pas réussi le pari de l’immunité collective.

Tom Van Grieken : « Notre horizon, c’est 2024 »

Wilfried – N° 11- Printemps 2020
mercredi 1 avril, 2020

Durant la pandémie, l’extrême droite séparatiste continue d’avancer ses pions. Juste avant le confinement, un sondage donnait le Vlaams Belang à 27,3 % des intentions de vote, désormais loin devant la N-VA (20,7 %). Une remontée franchement inattendue pour un parti laissé pour mort en 2014, quand un jeune publicitaire du nom de Tom Van Grieken l’a repris en main. D’habiles et provocantes campagnes de marketing en ligne plus tard, voilà le Vlaams Belang en position de force, malgré le cordon sanitaire, et Tom Van Grieken de réclamer sa place sur le podium politique. C’est compter sans la crise multiforme qui ne fait que commencer, et qui pourrait tout aussi bien perturber les plans de l’extrême droite qu’accélérer la réalisation de ses desseins.

Jean-Claude Van Cauwenberghe : « Le Wallon, pour qu’il redevienne wallon, il doit recevoir un coup de pied au cul »

Wilfried – N° 10- Hiver 2020
mercredi 1 janvier, 2020

Quand Jean-Claude Van Cauwenberghe ouvre l’album à souvenirs, c’est un abrégé d’histoire politique qui se donne à lire. C’est que l’ancien ministre-président wallon a presque tout vu, tout vécu depuis un demi-siècle : le déclin industriel wallon, les colères froides de Spitaels, les colères chaudes de Cools, les réformes de l’État âprement négociées avec les Flamands, la transition royale entre Baudouin et Albert, l’infortune de Spitaels, l’assassinat de Cools... Et bien sûr les affaires carolos de 2005, qui ont bien failli le mener en prison et signer l’arrêt de mort du Parti socialiste.

Francis Bekaert, nouveau bourgmestre de Seraing, nouvelle marionnette de Mathot ?

Wilfried – N° 10- Hiver 2020
mercredi 1 janvier, 2020

Jadis pharmacien puis président du CPAS, Francis Bekaert est le nouvel homme fort de Seraing. Fort, vraiment ? La marionnette de son prédécesseur Alain Mathot, disent certains. Un francophile qui regrette l’époque de Fugain et Delpech, de la grande gauche réunie, du militantisme dans les charbonnages et du PS tout-puissant, quitte à publier sur Facebook un texte aux relents clientélistes. Quelqu’un qui « aime les gens », sans conteste. Une histoire de harengs et de verres fumés à l’ombre du stade de Sclessin, dans la seule province de Belgique où l’on fête le 14 juillet.

Yves Leterme : « Les Francophones n’auront bientôt plus personne à qui parler »

Wilfried – N° 10- Hiver 2020
mercredi 1 janvier, 2020

Il restera pour toujours « l’homme aux huit cent mille voix », le plus gros score personnel depuis 1979. Et aussi l’homme qui a changé le cours de l’histoire en tendant une main à la N-VA quand le microparti nationaliste était à terre. Et encore l’homme qui chantait la Marseillaise à la place de la Brabançonne. Flamingant né sur la frontière franco- belge, Premier ministre du précédent gouvernement en affaires courantes, Yves Leterme est aujourd’hui retiré de la vie politique. Mais il l’observe de près. Et il voit beaucoup de choses qui périclitent, à commencer par l’État belge. Heureusement, le Standard de Liège, son club de foot adoré, échappe à ce mouvement décadent.

Juan Branco : « La Belgique politique est assez insignifiante »

Wilfried – N° 10- Hiver 2020
mercredi 1 janvier, 2020

Pur produit de l’élite française, Juan Branco, 30 ans, possède une carte de visite invraisemblable. Grand défenseur des gilets jaunes, ancien avocat de Jean-Luc Mélenchon, avocat du lanceur d’alerte Julian Assange, journaliste au « Monde diplomatique » et aux « Inrocks », il dénonce aujourd’hui les dérives liées aux réseaux de pouvoir en France. L’élection de Macron ? Une imposture démocratique. La verbalisation de « Wilfried » pour manifestation illégale, la veille de notre entretien ? La démonstration d’un pouvoir à la légitimité vacillante. La Belgique ? Un pays qu’il va bien falloir démembrer, un jour. Rencontre, menottes aux poings, un an après le début du mouvement des gilets jaunes.

De Smet-Bouchez : le pacte des présidents

Wilfried – N° 10- Hiver 2020
mercredi 1 janvier, 2020

Ils n’étaient pas nés lorsque le pacte d’Egmont a échoué. L’un était trop jeune pour se souvenir des Diables rouges à l’Euro 80, l’autre à Mexico 86. Il n’empêche que François De Smet et Georges-Louis Bouchez sont déjà présidents de parti. Pour le second, au moment de cet entretien, il porte même la lourde tâche d’informateur royal. Dans un lobby d’hôtel à l’atmosphère digne de « Mad Men », ils évoquent l’irrationalité en politique, la réorganisation des partis, les réformes de l’État, nos ancêtres cueilleurs de gui et les 200 ans de la Belgique, ce pays qu’ils aiment tant. Avec des frites et de la mayo pour accompagner, bien sûr.

IVG : huit femmes politiques s’expriment

Wilfried – N° 10- Hiver 2020
mercredi 1 janvier, 2020

Avec la révision de la loi de 2018, l’avortement s’est imposé au centre des débats parlementaires, jusqu’à devenir un enjeu central pour la formation d’un gouvernement fédéral. Huit femmes politiques partagent avec Wilfried leurs réflexions sur ce sujet sensible, où les idéaux croisent le fer avec les zones grises de l’intime. Huit femmes qui, comme dans la bande originale du film de François Ozon, nous parlent de ce que c’est que de vivre libre (Nicoleta), de vivre seule (Dalida), de vivre à pile ou face (Corynne Charby), des papas qui ne sont plus dans l’coup (Sheila), des messages personnels (Françoise Hardy) et de l’amour heureux (Barbara).